www.cinema.paris.fr
Le Louxor : chronique d'une renaissance annoncée
Juillet 2011

« La renaissance du Louxor enchantera tous les cinéphiles et tous les amoureux de Paris, qui savent combien l'originalité et le style de cette salle mythique enrichissent le patrimoine de notre Ville. Le Louxor est, avec le Rex, la Cigale, la Pagode, un fragment de l'histoire culturelle de notre capitale... ».
Bertrand
Delanoë, Maire de Paris.

« Le Louxor va renaître et renouer avec son premier amour : le Cinéma.  [...] Situé à Barbès, à la frontière des 9e, 10e et 18e arrondissements, le nouveau Louxor représentera un grand outil de vie culturelle dans un quartier en pleine mutation. Après le Centre musical Fleury Goutte d'Or - Barbara, les Trois Baudets, le CENTQUATRE et maintenant le Louxor, un nouveau souffle culturel se répand sur le Nord-Est parisien... ».
Christophe
Girard, adjoint au Maire de Paris chargé de la Culture.


Vue extérieure © Illustration Architectes- Réalisation Art Graphique et Patrimoine
En 2003, la ville de Paris a acheté le Louxor, salle parisienne mythique créée en 1920 et fermée depuis 1987, située au cœur du quartier Barbès-Rochechouart, afin d'y ouvrir au premier semestre 2013 un cinéma classé Art et Essai, dédié notamment aux cinémas du monde. L'exploitation du cinéma fera l'objet d'une convention de délégation de service public (DSP).
Démarré en juillet 2010, le projet de rénovation atteint aujourd'hui sa vitesse de croisière. L'occasion, à travers cette lettre d'information, de faire le point sur un chantier  exceptionnel.

 

Les acteurs du projet
Le maître d'ouvrage du chantier est la Mission Cinéma, chargée du programme et du financement de l'opération ainsi que de la rédaction du cahier des charges de la future délégation de service public (DSP), contrat par lequel une personne morale de droit public confie la gestion d’un service public dont elle a la responsabilité à un délégataire public ou privé dont la rémunération est substantiellement liée au résultat d’exploitation du service.

Le maître d’ouvrage délégué et conducteur d'opération est la Direction du Patrimoine et de l'Architecture.

Le maître d'œuvre est l'architecte Philippe Pumain, mandataire d’une équipe de maîtrise d’œuvre comprenant en particulier les architectes Fabre/Speller et Christian Laporte, chargé de la conception du projet comme de la direction et de l'exécution des travaux.

La mairie du 10ème, mais également les mairies du 9ème et du 18ème, sont régulièrement consultées et de nombreux échanges ont lieu sur les dimensions locales du projet (associations, liens aux riverains, relais d’informations, suivi et impact du chantier sur la vie locale, etc.).

Les dates et chiffres clefs
- Juillet 2010 :
début des travaux de gros œuvre qui seront achevés en septembre 2011.

- Fin 2011 :
les travaux de second œuvre débuteront au cours du troisième trimestre 2011 et sont prévus sur une durée de 18 mois.

- Fin 2012
: choix du délégataire
- Premier semestre 2013 :
ouverture au public.
Coût global de l'opération :
29 M€ TTC


(c) Marc Verhille / Mairie de ParisUn projet, une triple ambition
La réhabilitation de cet ancien « Palais du cinéma » répond à plusieurs enjeux :

- Urbain : le Louxor s’inscrit dans une démarche globale de réhabilitation et de requalification du quartier. De nombreuses opérations sont menées  par la Ville (constructions et rénovations de logements sociaux, construction de nouveaux équipements scolaires, ouverture d’équipements culturels notamment le Centre musical Fleury Goutte d'Or – Barbara, etc.)

- Patrimonial : la rénovation doit valoriser le patrimoine architectural de ce bâtiment partiellement inscrit à l'Inventaire supplémentaire des monuments historiques.

- Cinématographique : le projet doit rééquilibrer l'offre cinématographique parisienne au profit des quartiers du nord et de l'est parisien et en redynamiser la vie culturelle.

Vue extérieure © Illustration Architectes- Réalisation Art Graphique et PatrimoineUn chantier d'envergure
Le projet de rénovation rendra à la salle sa splendeur d'antan, mais dans le cadre des normes de construction les plus récentes.
Mené par l'architecte Philippe Pumain (qui a réalisé notamment la salle de concert symphonique du Théâtre Mariinsky à Saint Petersbourg) avec Fabre/Speller architectes associés, le projet de réhabilitation a reçu en 2009 un avis favorable des Architectes des Bâtiments de France et de la Commission du Vieux Paris.

Ses principales caractéristiques selon son architecte, Philippe Pumain :

"Le projet de réaménagement du Louxor, qui vise à rendre l'édifice à sa vocation première de cinéma, comporte 3 salles, l'une installée dans le volume de la grande salle d'origine, dont elle respecte les grandes proportions, et les 2 autres en sous-sol, dans le volume dégagé par la démolition des anciennes caves de l'immeuble haussmannien qui avait été détruit à l'occasion de la réalisation du Louxor en 1920.

Les façades inscrites à l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques (1981) seront intégralement restaurées dans leur état de 1921, avec restitution des mosaïques, vitraux et grands mâts "égyptiens" disparus ; et le dispositif d'entrée original sera remis en place avec son porche totalement ouvert sur l'espace public et le hall et les dégagements d'étage éclairés naturellement en second jour.

L'essentiel de la structure du Louxor est conservé et renforcé. Les fondations existantes n'offrent pas une résistance suffisante du fait de la présence d'anciennes carrières de gypse remblayées sous le Louxor, et doivent être reprises par un réseau de micro-pieux fondés à environ 25m de profondeur pour assurer la pérennité de l'édifice.

Les balcons, qui ne font pas à proprement parler de la structure primaire, mais sont portés par les piliers en béton des parois, doivent être démolis. Il est prévu de les reconstruire au même emplacement, en les désolidarisant totalement des parois existantes.

Les circulations sont intégralement conservées dans leurs grands principes : porche extérieur ouvert, hall du rez-de-chaussée, dégagements d'étages, desserte des différents niveaux par 2 cages d'escalier en façade. L'un des escaliers du projet est l'escalier historique principal conservé, le second est un escalier neuf, à l'emplacement d'un escalier existant.

Les 2 escaliers sont complétés par la création d'un ascenseur permettant de rendre les différents niveaux accessibles aux personnes à mobilité réduite.

Les volumes intérieurs des différents espaces existants sont strictement respectés. Seule la grande salle fait l'objet d'une légère variation dimensionnelle du fait de la mise en place d'une "boîte dans la boîte" acoustique, seul dispositif susceptible d'éliminer toutes les transmissions phoniques vers les logements voisins directement mitoyens de la salle."

» Pour en savoir plus


(c) Marc Verhille / Mairie de Paris
Les décors : retour au style néo-égyptien d'origine
Le parti pris pour le traitement intérieur de la grande salle consiste à respecter la volonté de l'architecte concepteur du Louxor, Henry Zipcy, en retrouvant la cohérence esthétique entre les façades néo-égyptiennes et les parois intérieures de la salle.

Le décor néo-égyptien, masqué depuis les années 1930 par un décor "néo-grec" puis par deux décors superposés dans les années 1950 et 1980, a été partiellement dégagé et documenté, et il sera restitué sur les nouvelles parois de la grande salle.

Dans le porche, le hall et l'escalier principal, le décor de 1921, encore partiellement présent sous les niveaux postérieurs, a été dégagé et sera restauré en place et complété lorsque nécessaire.
L'ensemble des dégagements et consolidations des décors existants a été réalisé préalablement au chantier principal, par une entreprise spécialisée en restauration-conservation.


Dans le cadre du futur chantier, 6 entreprises spécialisées seront amenées à intervenir sur les différents éléments du décor architectural, tant intérieur qu'extérieur :
- Restauration-restitution des décors intérieurs peints (motifs et faux-marbres).
- Restauration des épidermes en granito et inscriptions en façade ("Louxor Palais du Cinéma...").
- Restauration et complément des mosaïques en façade.
- Réfection des vitraux disparus sur les différentes baies en façade.
- Restauration des éléments métalliques en façade (grilles avec soleils ailés, marquise, grilles en sous-bassement).
- Restitution des grands mâts "égyptiens" qui rythmaient la façade à l'origine.

Photo simulation © Illustration Architectes- Réalisation Art Graphique et PatrimoineUn bâtiment pour tous, dans le plus grand respect de l'environnement
Un respect du patrimoine qui va de pair avec le souci d'ouvrir ce nouvel équipement à tous. Sur le plan du handicap, le Louxor répondra aux recommandations de la Ville de Paris en matière d'accessibilité pour tous. Les 3 salles de cinéma, ainsi que l'espace d'exposition, le café-club et sa terrasse seront accessibles à l'ensemble des personnes en situation de handicap, notamment les personnes à mobilité réduite. Les salles de cinéma seront équipées de boucles électro-magnétiques pour les malentendants et permettront la diffusion en audio-description.
La prise en compte des préoccupations environnementales a également constitué un axe prioritaire d'un projet de rénovation dont la dimension patrimoniale s'articule avec les nouvelles exigences (sécurité, technique, accès handicapés, isolation thermique et acoustique, consommation énergétique).

Elle s'exerce sur 2 volets essentiels :
La conception du bâtiment :
- Réduction des consommations d'énergie par rapport au bâtiment initial pour respecter le Plan climat de la Ville de Paris (consommation inférieure ou égale à 80 kWhep/m2SHON.an). Cette réduction passe par une gestion optimisée de l'éclairage (lampes basse consommation, détecteurs de présence), du chauffage, du rafraichissement et de la ventilation.
- Optimisation du confort acoustique pour les utilisateurs et le voisinage par une isolation des salles de cinéma sur les 6 faces.
- Confort hygrothermique très performant garanti toute l'année (confort été et hiver) avec de faibles émissions de gaz à effet de serre (inférieur à 5kg équivalent CO2/m2.an).

Le déroulement du chantier :
- Gestion des nuisances sonores et vibratoires par l'utilisation de matériels adaptés et le suivi journalier des émissions acoustiques.
- Tri et valorisation des déchets.
- Économie des ressources naturelles : suivi et maîtrise des consommations d'eau et d'électricité.
- Gestion des approvisionnements du chantier en limitant les livraisons aux heures critiques de circulation.

Salle Youssef Chahine, vue côté écran © Illustration Architectes- Réalisation Art Graphique et Patrimoine
Demain, le Louxor des cinémas du monde 
A son ouverture, le Louxor proposera un équipement de 3 salles Art et Essai (342, 140 et 74 fauteuils), dont une dédiée spécifiquement aux cinématographies du sud, ainsi qu'un Café-club. L'ensemble contribuant à faire de ce lieu un espace de découverte, de culture et de convivialité apprécié dans un quartier en plein renouveau.

Qu'est-ce qu'une salle classée Art et Essai ?
Un décret pris par le ministre de la Culture le 25 octobre 1991 et consolidé le 24 avril 2002 définit et classe les établissements de spectacles cinématographiques d'Art et d'Essai.
Ces établissements diffusent des œuvres elles-mêmes recommandées Art et Essai, qui répondent à des caractéristiques spécifiques : elles peuvent présenter un caractère de recherche ou de nouveauté, refléter la vie de pays dont la production cinématographique est peu diffusée en France, présenter un intérêt artistique ou historique, etc. Cette liste d'œuvres est établie par l'Association française des cinémas d'art et d'essai (AFCAE), en convention avec le Centre national de la cinématographie (CNC).
Le classement des établissements en catégorie Art et Essai est effectué par la Directrice Générale du CNC après avis de la commission d'Art et Essai qui examine les dossiers de demande de classement des établissements pour l'année N au début de cette même année. La commission comprend 20 membres : trois membres de droit représentant l'Etat, neuf membres représentant la profession, un membre de la critique et sept personnalités qualifiés. Les avis de la commission se basent sur les recommandations formulées par les groupes de travail régionaux.
Trois labels peuvent être attribués aux salles selon leur spécificité : "Recherche et Découverte", "Jeune Public" et "Patrimoine et Répertoire".

Quelques exemples de films recommandés Art et Essai en 2010 :
- Le Discours d'un roi de Tom Hooper
- Des Hommes et des Dieux de Xavier Beauvois
- Le Nom des gens de Michel Leclerc
- The Social Network de David Fincher
- Au-delà de Clint Eastwood
- Biutiful de Alejandro González Inárritu
- Black Swan de Daren Aronofsky
- Oncle Boonmee de Apichatpong Weerasethakul
- Copie conforme de Abbas Kiarostami
- Elle s'appelait Sarah de Gilles Paquet-Brenner
- Les Emotifs anonymes de Jean-Pierre Améris
- Les Femmes du 6e étage de Philippe Le Guay

- Incendies de Denis Villeneuve


Documents retrouvés par Jacques PoitratDes échanges constructifs avec les associations et les habitants
La Mission cinéma rencontre régulièrement les associations et administrations qui sont parties prenantes dans la renaissance du Louxor. De nombreuses visites du bâtiment, fermé depuis des années, ont été effectuées avant le démarrage du chantier.
Une présentation de la future activité du cinéma a été organisée en janvier 2010 lors d'un conseil du quartier Lariboisière dans le 10e. Une réunion d'information sur le projet aura lieu à la rentrée.

Les associations qui s'intéressent au Louxor :
- Les Amis du Louxor : www.lesamisdulouxor.fr
- Paris Louxor : www.paris-louxor.fr
- Blog Action Barbès : actionbarbes.blogspirit.com

(c) Collection privée
Le saviez-vous ?
Le Louxor fut inauguré le 6 octobre 1921 avec le film A 14 millions de lieues de la Terre de Holger-Madsen (1918) d'après le roman de Sophus Michaëlis, Himmelskibet (1914).
Son architecte se nomme Henri Joseph Marie Zipcy. Né en 1873 à Constantinople, il vécut et étudia à Paris à partir de 1889. Il construisit surtout des habitations individuelles et des commerces. Au milieu d'une carrière très discrète, son Louxor fait figure de chef-d'œuvre flamboyant !


Lire l'article : "inauguration du Louxor : demandez le programme !" sur le site Paris-Louxor
La Mission Cinéma
La ville de Paris a toujours entretenu des liens étroits et passionnés avec le Septième art. En créant la Mission Cinéma en janvier 2002, le Maire de Paris, Bertrand Delanoë, a voulu affirmer son attachement au cinéma et sa volonté de préserver l'exception culturelle parisienne en ce domaine.

L'objectif de la Mission Cinéma : impulser une politique cohérente de soutien en faveur du cinéma, autour de six axes :
- La production de court métrages
- 900 tournages
- Les salles Art et Essai et indépendantes
- Les festivals et événements
- Le Forum des Images
- L'éducation au cinéma
Le budget annuel de la Mission Cinéma est 10,5 millions €.


Le site web de la Mission Cinéma
Si vous ne souhaitez plus recevoir cette newsletter de la Mission Cinéma, cliquez ici.
Mairie de Paris - Mission Cinéma
4, rue François Miron, 75004 Paris
Tél. : 33 (0)1 44 54 19 60 - Fax : 33 (0)1 44 54 19 57
www.cinema.paris.fr